La bouffe : mon top 6

Au Québec, les intitulés des repas diffèrent de ceux de la France. Ces petites curiosités sonores nécessitent un certain temps d'adaptation et d'assimilation. Inutile de dire qu'au début, on s'emmêle souvent les pinceaux.

Les Québécois disent ainsi :

  • le déjeuner pour le petit déjeuner
  • le dîner pour le déjeuner
  • la collation pour le goûter ou plus largement un encas
  • le souper pour le dîner

Passée cette gymnastique intellectuelle, n'oubliez pas de sortir vos ustensiles... Pas vos couverts !

Certains plats traditionnels méritent tous mes suffrages. Évidemment, cette liste non exhaustive ne reflète en rien toute la richesse gastronomique québécoise.

1. La poutine

Des frites recouvertes d'une sauce brune et de fromage cheddar en grains fondu. La poutine peut s'agrémenter d'autres ingrédients : poulet, poivrons, tomates, saucisses, etc.

Des frites recouvertes d'une sauce brune et de fromage cheddar en grains fondu. La poutine peut s'agrémenter d'autres ingrédients : poulet, poivrons, tomates, saucisses, etc.

2. Le pâté chinois

Un mets composé d'une superposition d'oignons, de viande hachée, de maïs et d'une purée de pommes de terre.

Un mets composé d'une superposition d'oignons, de viande hachée, de maïs et d'une purée de pommes de terre.

3. La viande fumée ou smoked meat

Idéalement mangée en sandwich avec du pain de seigle et de la moutarde sucrée.

Idéalement mangée en sandwich avec du pain de seigle et de la moutarde sucrée.

4. Les fèves au lard ou bines (de l'anglais beans)

Un plat typique québécois à cuisson lente au four à base de haricots, de morceaux de lard, de mélasse ou de sirop d'érable. La Binerie Mont-Royal est réputée pour ses fameuses fèves au lard.

Un plat typique québécois à cuisson lente au four à base de haricots, de morceaux de lard, de mélasse ou de sirop d'érable. La Binerie Mont-Royal est réputée pour ses fameuses fèves au lard.

5. Le homard

On en pince pour le homard entier qui peut devenir un rêve accessible pour une poignée de dollars.
On en pince pour le homard entier qui peut devenir un rêve accessible pour une poignée de dollars.

On en pince pour le homard entier qui peut devenir un rêve accessible pour une poignée de dollars.

6. Le crabe des neiges

À prendre avec des pincettes ! La dégustation des pattes de cette araignée de mer est privilégiée en avril et en mai.
À prendre avec des pincettes ! La dégustation des pattes de cette araignée de mer est privilégiée en avril et en mai.

À prendre avec des pincettes ! La dégustation des pattes de cette araignée de mer est privilégiée en avril et en mai.

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Ariane Dadier

Depuis mon arrivée à Montréal en juin 2012, je prends des instantanés insolites de la ville. Toutes les photos de ce site sont créditées © Ariane Dadier #montrealstreetart

Commenter cet article
S
tellement vrai!
Répondre
C
miam!
Répondre
V
Juste de voir la poutine en photo, sur l'affiche, me donne trop envie ! En France je n'ai jamais réussi à trouver un restaurant proposant une vraie poutine mais surtout une bonne... Énorme déception
J'attends juste de retourner au Canada pour me ruer dessus ! :)
Répondre
A
Bonjour Victoire, merci pour votre message ! En début d'année, j'ai lu sur le net un article qui recommandait quelques bonnes adresses (mais uniquement à Paris et en Seine-et-Marne) pour déguster de bonnes poutines. Voici le lien : http://www.lebonbon.fr/Lifestyle/Gourmandises/Ou-manger-poutine-Paris/. Peut-être une piste à creuser ? À Montréal, on recommande souvent Poutineville ou la Banquise. Bonne journée !
J
Excellent tour d'horizon Ariane !
Répondre
A
Merci Jerry !